Avant que j'oublie de Vanessa Van Durme

Création 2019

Vanessa Van Durme est comédienne et auteure d’une vingtaine de pièces pour le théâtre. Après ses débuts au Nederlands Toneel Gent, elle travaille notamment sous la direction d’Alain Platel. Elle rencontre un grand succès avec Regarde Maman, je danse ! , pièce autobiographique dans laquelle elle évoque son changement de sexe. En 2013 à la Comédie de Valence, elle crée Avant que j’oublie, dialogue dominical entre une femme et sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer.

La Mère : Je ne dois pas ... Je ne dois pas ... perdre mon chemin ...
La Fille : Je t’ai déçue, maman ? Pourquoi ? Parce que j’étais différent ?

Elle est là, perdue dans son imaginaire, perdue entre absence et réalité. Elle a traversé la vie du point zéro au point infini, à ce dernier point que personne ne connaît, auquel on ne pense jamais, ou très vite pour l’oublier. Elle est là, perdue dans un ailleurs, dans un jeu, sur la plage, mais la mer de la mémoire se retire et il faut faire avec ...
Comment attendre la marée haute quand on ne peut plus rester seule sur la plage ?
Comment faire quand le corps peut nager seul, mais que l’esprit perd le nord ? On échoue dans des usines de fin de vie, on essaye de prendre le large.
Parfois la conscience revient et nous fait rentrer au port où la réalité fait si mal.

On tente de fuir la réalité qui
blesse parce qu'elle rappelle les les erreurs du passé.
Le sable s’efface, l’aire de jeu redevient la chambre.

On se regarde disparaître, redevenir l’enfant que l’on était et revivre sa vie.

Il/Elle a mis du temps à se trouver, partir pour se construire, disparaitre pour vivre.

Il/Elle a fini par revenir.

Il/Elle a besoin de ces moments de complicité pour comprendre, parler, dire tout ce qui jamais n’a été dit.

Il/Elle, c’est l’enfant qui devient la mère, c’est la femme qui parfois redevient l’enfant.

Avant que j’oublie ,

c’est un fragment de vie que l’on a vécu ou que l'on pourrait vivre ;

c’est simplement la Vie avec ses joies, ses rires, ses moments de bonheur ;

c’est aussi les drames, les cassures, les gouffres ;

c’est une famille qui se retrouve, qui se parle, avant que tout ...